top of page
IMG_2166.JPG

Les Articles

  • Photo du rédacteurLe Renard à Vélo

Ecolieux, truc-villages, tiers machins...Mais qu'est-ce que c'est ?


Quelles différences entre ce que l'on nomme écoquartier, écolieu, écovillage, hameau ?


Salut à vous tous!

Il existe plusieurs appellations comme écolieu, écoquartier, hameau, communauté autogérée et durable, village alternatif etc. Mais quelles en sont les différences? ... Parmis toutes ces dénominations, on ne s'y retrouve pas. C'est aussi clair que de retrouver la bonne paires de chaussettes après une machine pour 15 personnes ! Et dans tout ce schmilibilik, je vous entends déjà dire:

"Mais qu'est-ce que c'est ? Qu'est-ce que c'est? "

Enfin vous avez compris, il en va de définitions qui sont aussi parfois très personnelles. Mais dans le principe, qu'est-ce que c'est que tout ce charabia ? Je vais tenter de défricher cela avec vous.


Quelle dénomination pour quel lieu ?


Toutes les problématiques actuelles mondiales ne sont qu'un aperçu des raisons principales qui motivent les habitants des communautés à vivre ensemble pour vivre différemment. C'est notamment la conscience écologique qui remet en cause l'individualisme de ces dernières années qui poussent ces personnes à vouloir changer leur vie. Ils souhaitent transformer la société par leurs actions, en commençant par changer ses propres habitudes de vie en sortant de son cocon sécurisant, en se jetant à l'eau en rachetant des terrains et tentant de réaliser leur rêves d'une société meilleure. Il veulent "redonner de la valeur à l'être plutôt qu'à l'avoir, à la coopération plutôt qu'à la compétition" selon le philosophe Patrick Viveret (23). Certains veulent uniquement vivre différemment, à leur rythme, dans un cadre qu'ils ont construits tandis que pour d'autres, c'est le moyen de vivre selon leurs principes, de mettre en corrélation convictions et mode de vie et ainsi devenir acteur des changements qu'ils souhaitent voir advenir. Ces deux types de personnes peuvent tout à fait vivre ensemble dans la même communauté.


Pour avoir une idée plus précise de ce qui rassemble les membres d'une communauté et leur principe de fonctionnement, faisons un petit tour des communautés existantes en France. Il existe plusieurs appellations comme écolieu, écoquartier, hameau, communauté autogérée et durable, village alternatif etc. Mais quelles en sont les différences?


Un hameau est un groupe d'habitations en milieu rural généralement trop petit pour être considéré comme un village. L'élément fondateur est souvent une ferme. Ce terme est d'origine germanique et est issu du vieux bas francique "haim" qui signifie domaine ou foyer. On le retrouve dans la toponymie des régions du nord de la France (Normandie, Nord-Pas-deCalais, Picardie et Lorraine) (24). On peut aussi le nommer "écart" ou "lieu-dit" ou encore "petite communauté". Mais en réalité, le lieu-dit n'est pas forcément habité et peux se situer de nos jours en plein cœur d'une ville qui s'est développée autour de ce dernier. En France, il se différencie aussi du village pas l'absence d'église. Il est intéressant de voir qu'en Angleterre certains villages étaient nommés hameau jusqu'à dépasser un certains nombres d'habitants. Ce qui signifie que l'on considère que c'est le premier pas entre une maison ou un corps de ferme seul, qui s'étoffe de quelques autres habitations puis devient ensuite un village en grandissant. En Indonésie cependant, on retrouve le mot "kampung" qui signifie village mais celui "kampung adat" désigne un village coutumier. Il y a là une notion supplémentaires de la coutume qui semble alors être la raison du regroupement de ces habitants. En Italie, on observe encore une variante puisque le hameau et lieu-dit se différencient du fait de sa dimension et de l’existence historique d'habitations. En Suisse, on observe une subdivision. Le hameau puis le village qui font partie ensemble de ce qu'on appelle alors une commune. Ainsi on trouve des écohameaux lorsqu'ils considèrent ces lieux comme trop petits pour être nommés écovillage.


Un écovillage est un site prenant place autour d'un hameau ou d'une ancienne ferme ou d'un bâtiment isolé à la campagne. C'est un lieu dont les habitants ont une perspective d'autosuffisance qui repose sur le développement d'un modèle économique alternatif ainsi qu'une importance accordée à l'écologie (25). Cette expression est utilisée la première fois par Diane et Robert Gilman en 1991 pour le rapport Trust. Les thèmes fondateurs sont l'aspect écologique, social, économique et éventuellement culturel et/ou spirituel. Celui-ci peut être considéré comme écologique dans son implantation et ses pratiques. Il peut-être en mesure d'accueillir des passagers ou des nouveaux résidents voulant suivre cette démarche. Un écovillage peut exercer une activité économique et lucrative locale, une activité d’auto subsistance. Ecolieu et écovillage sont en réalité des terme qui me semble, aujourd'hui, bien être des synonymes.


Les fondements d'un écolieu s'inspirent de valeurs humanistes faisant passer l'être vivant avant toute chose. La plupart des écolieux veulent souvent être autonome, donc d'avoir la volonté de se prendre en charge soi-même et responsable en visant l'autonomie énergétique et économique. Ils tendent aussi à être conviviaux, en accueillant des visiteurs et tous ceux qui s'intéressent. Mais ce n'est pas une tendance généralisée absolument partout.

Une autre manière de s'ouvrir est de s‘intégrer au niveau régional, par le respect des êtres vivants quels qu'ils soient et de l'écologie, la solidarité, donc favoriser un fonctionnement équitable et enfin le respect des croyances individuelles (26). Ainsi les habitants d'un écovillage suivent la plupart du temps une charte dans laquelle on retrouve la solidarité, le respect, une démocratie directe, la liberté des consciences, l'intégration économique, culturelle et sociale dans un milieu local, l'utilisation de matériaux et techniques saines, les énergies renouvelables et le recyclage des déchets. Ceci est une liste, exhaustive, dans laquelle on y retrouve souvent la permaculture, l'alimentation végétarienne voire végétalienne, la jardinage collectif, la communication non violente et le regroupement multi générationnel, multi social et l'éducation alternative.


Il est difficile de nommer des critères précis et de rassembler toutes ces initiatives sous le même nom puisqu’elles ont toutes une origines, une organisation et des vocations qui divergent. « Dans un écovillage chacun a son propre habitat, son autonomie économique et idéologique, avec un esprit de partage et de solidarité. Un écovillage pratique les idées et techniques nouvelles ou traditionnelles visant à construire un futur durable » (27). Mais tout cela peut encore varier d'un écovillage à l'autre. Ainsi, certaines personnes préfèrent s'autoproclamer communauté intentionnelle puisqu'elles ont acheté un terrain sur lequel se sont regroupées des personnes autour de valeurs écologiques. Cela est possible grâce à la création d'une société civile immobilière. C'est donc très différent du lieu rural alternatif avec une population de passage. Aussi il y a des lieux ou les habitants revendiquent un point de vue politique et d'autre dans lesquels ils s'attachent plus au développement de la création artistique par exemple.


Cependant le point commun de toutes ces initiatives est le fait qu'ils attachent une importance a la vie collective, l'écologie et la solidarité. Il semble qu'un autre point commun important est la volonté de s'engager pour une cause et de changer les choses à son échelle. On retrouve alors la citation de Margaret Mead « Ne doutez jamais qu'un petit groupe de citoyens peux changer le monde. En effet, c'est la seule chose qui s'est toujours produite. » dans le rapport "qu'est-ce qu’un écovillage" de Hildur Jackson (28), le danois qui initia le mouvement Gaia Trust.


« Ne doutez jamais qu'un petit groupe de citoyens peux changer le monde. En effet, c'est la seule chose qui s'est toujours produite. » Hildur Jackson.


Un écoquartier est un quartier urbain à caractéristiques écologiques. Il fut usité par le ministère française de l’écologie du Développement durable et de l’énergie pour promouvoir le label apposé aux projets d’aménagement urbain (29) visant à réduire l'empreinte écologique du projet et des habitants y vivant. Un écoquartier se situe donc obligatoirement dans une ville. Communauté autonome et durable, village alternatif, éco-habitat etc. désignent tous les même principes d'habitat. Cependant, attention à ne pas confondre avec communautarisme de lieu de vie. Ce terme désigne des personnes se regroupant selon des principes religieux, politiques et donc autour d'une idée qui peux être totalement éloignées des principes de bases de l'écolieu que sont la vie collective et l'écologie. En effet, le communautarisme de lieu de vie ou colonie existent depuis bien longtemps mais c'est vers 1970 qu'un mouvement qui souhaitait se séparer de la société capitaliste s'en emparât (30). Cela déboucha sur la création de nombreuses initiatives, certaines étant identitaires et plus tard initiant les principes d'écovillages. C'est une des raisons pour lesquelles le mot "communauté" est mal perçu en France. Il faisant référence aux premières communautés et la question sous-jacente de l'ouverture du groupe, sa capacité d’accueil et d'adaptation à l'environnement qu'il habite. Ce fut beaucoup moins le cas pour les Etats-Unis et le Canada.


Il existe aussi le terme de domaine écologique qui est constitué de territoires appartenant à des propriétaires qui peuvent avoir signé une charte écologique, comme politique de vie commune sur ce même territoire, et qui décident de partager une vie communautaire.


Il est aussi des municipalités en transition ou vertes qui peuvent être des villes ou villages ayant entamé une transition énergétique et dont les occupations sont principalement sociales et environnementales comme la municipalité St-Camille au Québec ou bien encore celle de Ungersheim en France.


Et un écomusée alors ? J'ai souvent rencontré des personnes qui me demandaient comment se préparait mon voyage dans les écomusées. Ce n'est absolument pas la même chose! Mais la comparaison est très comique. Ecomusée se réfère à un musée dans lequel sont reconstruites ou déplacées et entretenues des maisons traditionnelles d'époques. Aussi, personne n'y habite mais c'est bien un musée dans lequel les visiteurs peuvent voir les employés du musée à des activités traditionnelles faisant vivre le lieu comme le faisaient les habitant autrefois. Mais ce n'est en rien un lieu de vie!

Et enfin un tiers-lieu, c'est quoi où juste ? C'est un peu le synonyme de lieu alternatif. Souvent ils sont situés dans les villes. Ils s'autoproclament tiers-lieu pour faire valoir leur esprit alternatif par rapport à un mode de consommation, aux idées qui y sont débattues, à une approche culturelle différente de la norme, un usage hydrique de l'espace et un lieu à vocation social affirmé qui regroupe une communauté. Selon Ray Oldenburg (1) , il respecterait en général ces conditions. Mais les variantes sont très nombreuses aujourd'hui, on à tendance à tout mettre sous le même nom pour faire nouveau lieu alternatif (qui n'en sont pas forcément). Attention donc à l'usage de ce vocabulaire.


Que sont les écolieux ou communautés intentionnelles en France et dans le monde ?


L'écolieu ou communauté intentionelle en France et dans le monde. Ecolieu est le terme utilisé majoritairement pour désigner ces lieux qui tendent à vivre selon des chartes aux bases écologiques communes. Ils sont tout d'abord des lieux à vocation écologique mais ne sont pas nécessairement habités, comme la ferme des Amanins ou l'arche écologique de Chateau Richer. L'habitat autonome se démocratise par l'ouverture de la législation à l'habitat groupé. Cependant comme celui-ci reste fondé sur l'habitat individuel, les porteurs de projet sont souvent face à des vides juridiques. C'est pourquoi ils développent chacun des techniques différentes pour exister du point de vue juridique tant qu'économique tout en restant en cohésion avec leurs valeurs.






L'écovillage est en réalité une manière d'habiter la plus ancienne, c'est cependant sa réactualisation dans le contexte d'aujourd'hui qui porte à réflexion. En effet, son objectif est de créer une micro-société dont les principes éthiques, spirituels, et politiques font l'objet d'une charte ou contrat social connu et accepté de tous. Dans certains lieux, les règles sont plus ou moins souples. Il y a également des communauté qui se nomment écolieux et dont les règles sont assez strictes. Et d'autres qui sont très attachées à la dimension spirituelle. D'autres s'attachent à la qualité de vie ou bien à la création artistique. Il est donc assez difficile de comparer ces écolieux entre eux sans avoir les mêmes bases sur les chartes. Mais surtout, il s'agit de ne pas confondre écolieux et communautarisme sectaire. La base de tous ces écolieux est l'intégration d'un milieu social d'entraide afin de minimiser son empreinte carbone.


Ainsi, du point de vue strictement juridique, il y a beaucoup de différence entre un lieu rural alternatif de passage et d'une Société Civile Immobilière (SCI) créée par plusieurs retraités autour de ces valeurs écologiques. C'est alors qu'on parle plutôt de communauté intentionnelle. On peut aussi parler d'écovillage urbain lorsque celui-ci est un lieu de relations de voisinage fortes et que ses habitants participent à des actions contribuant au développement durable, en valorisant le patrimoine historique, l'équité et l'ouverture d'esprit. Il peut avoir la forme d'un groupe de logement, un lotissement ou un habitat groupé comme la Tarlatane, couvent restauré en Belgique et habité par 8 familles. Uniquement au niveau juridique, les choses sont tout aussi variées et mixtes. Un écolieu peux avoir un statut de Société d'Autopromotion et d'Attribution (SAA), une Société Civile Coopérative de Construction (SCC), une Société Civile Immobilière d'Attribution (SCIA), une Société Civile Immobilière (SCI), une Société Civile Immobilière d'Accession Progressive à la Propriété (SCIAPP), une Coopérative d'habitant, une Copropriété, une Copropriété mixte (location et accession), cela peut aussi avoir un statut de locatif social, d'Association, de Fondation ou tout autre statut encore.



Comment allez plus loin ?


Pour en comprendre rien que les fondements et leur niveau de développement, il est utile d'avoir un bon aperçu des écolieux dans le monde. Je vous enjoie donc à lire l'article suivant "Bref tour du monde des écolieux"




Références :



23. http://www.habiter-autrement.org/05.eco-village/eco.htm

26. http://ecolieuxdefrance.free.fr/CONCEPTS/quest_ce_qun_ecolieu.htm http://www.onpeutlefaire.com/qu-est-ce-qu-un-ecolieu

27. http://www.habiter-autrement.org/05.eco-village/eco.htm

28. hildur jakson «what is an écovillage?» http://www.gaia.org/wp-content/uploads/2016/07/HJackson_whatIsEv.pdf


Illustrations de haut en bas:

Photo du Viel Audon.

Photo du Moulin de Pont-Rû.

Yorumlar


bottom of page