top of page
IMG_2166.JPG

Les Articles

  • Photo du rédacteurLe Renard à Vélo

Que mange-t-on en voyage ?


Mes repas de tous les jours pour être au top de la forme pendant le voyage.



Salut les cyclotouristes et les autres férus de voyages!


Après avoir changé mon alimentation légèrement pour qu'elle corresponde à la période d'entrainement, comme je vous en parlais dans le précédent article, voilà qu'il faut choisir les repas durant le voyage lui-même! Pour l'instant, je m'attèle donc à faire une petite liste des aliments secs à emporter, bien évidemment je ne prends pas tout en même temps mais je me ravitaillerai sur la route en tournant et changeant un peu d'ingrédients pour varier les repas.

"Végétaliens et sans gluten en voyage, c'est possible! Il faut juste se préparer une peu et prévoir de s'approvisionner en ingrédients simples et faciles à trouver en magasin."

Tout d'abord, j'ai décidé de privilégier les aliments les plus rapides à cuisiner puisque plus long ils seront à cuire et plus longtemps je devrais laisser allumer le réchaud, ce qui entraîne une consommation d'énergie accrue en fonction du type de réchaud (essence, gaz etc). Aussi, vous pouvez aller sur l'article qui parle justement du choix du matériel de cuisine, puisque selon les réchauds, les températures de cuisson, le temps de cuisson et les substances inflammables sont très différentes. Le choix est donc tout à fait subjectif en fonction du type de voyage, de la disponibilité et de vos choix de cuisine.

Pour ma part, je voudrais tout de même limiter les repas tout lyophilisés et ne les laisser qu'en cas de secours dans mon sac. En effet, ils sont souvent chers et cela ne me dérange pas de cuisiner. Souvent, je digère aussi beaucoup mieux les aliments frais. Donc c'est un choix tout à fait personnel. Enfin, comme vous l'avez peut-être lu dans l’article "Qu'est-ce qu'on mange en entrainement", je suis un régime végétalien et sans gluten (pour diverses raisons) et cela réduit donc les choix. Cela dit, j'ai déjà voyagé à l'étranger notamment, et cela ne m'a jamais paru impossible dans les pays dans lesquels je suis allée. En France, je n'aurai donc pas tellement de soucis.

Alors y-a quoi au menu du voyage ?


Pour faire plus simple et m'assurer d'avoir des apports équilibrés, et pour une lisibilité de lecture, j'ai donc séparé en groupe ce que je prends dans mon sac pour les repas. J'ai donc un groupe d'aliments protéinés végétaux, un groupes d'aliments glucidiques, un groupe d'aliments apportant des lipides et enfin d'autres aliments et super-aliments. Bien sûr, c'est une organisation synthétique puisque les aliments appartiennent en général à tous les groupes à la fois. En effet, souvent un aliments apporte des glucides, des protéines, des lipides (gras) et bien d'autres choses encore comme des vitamines etc. Je les ai donc rangés dans la catégorie de ce qu'il apportent le plus. Il suffit de regarder dans le tableau des nutriments à l'arrière des paquets pour se rendre compte des apports.





Alimentation sèche ou semi-sèche:


- Les aliments protéinés -

  • Poudre de protéine de chanvre

  • Protéines de soja texturées

  • Lentilles corail et pâtes de lentilles corail (+rapide à faire cuire et + riches en protéines que les autres légumineuses)

  • Flocons de pois chiche ou de soja

  • Graines de soja “appétitif” (si j’en trouve sans trop de sel et pas trop gras trans)

  • Fruits séchés (carrés de pomme, morceaux de pêches, coco, mangue, banane)

  • Pavés de soja céréales sous-vide au rayons secs

  • Graines de chia (aussi dans la catégorie graisses)

- Les aliments glucidiques et antioxydants à base de fruits -

  • Poudre de fruits rouges

  • Fruits séchés (carrés de pomme, morceaux de pêches, coco, mangue, banane)

  • Fruits sec (cranberries, bananes, chips de pomme, figues, dattes, pruneau de secours, abricot, goji et mélange de fruits sec faciles à trouver)

- Les aliments glucidiques céréaliers -

  • Flocons d’avoine

  • Barres énergétiques de graines

  • Muesli avoines avec mélanges de fruits rouges pour changer de l’avoine + fruits secs

- Les aliments apportant des lipides (gras) -

  • Oléagineux (noix, graines de courges, noix de cajou, noix du brésil, noisettes et plus rarement noix de macadamia et noix de pécan)

  • Purée d’oléagineux (surtout sésame)

  • Poudre de graines de lin


- Les autres aliments et super-aliments (aux vertus multiples) -

  • Poudre de lait végétal (facultatif)

  • Cacao en poudre, chocolat en carré, pépites de fèves de cacao sucrées crues

  • Les épices (cannelle, curcuma, poivre, sel, herbes de Provence, curry etc)

  • De la spiruline pour les protéines (pour les jus de fruits)

  • Matcha car antioxydant (thé vert en poudre)

  • Poudre d'açai (antioxydants)

  • Warana ou Guarana (pour un coup de boost ponctuel, si besoin)



Les aliments à trouver sur la route:

Les conserves : 1 conserve de réserve et du concentré de tomate (à manger rapidement, c'est tout de même lourd à transporter!)

Les légumes, fruits et tofu frais (à bien conserver à l'ombre et au sec)

De l’huile d’olive en petite quantité (conservation à vérifier avec la chaleur en été)

Du jus de fruits si possible (pour mettre dans une gourde avec de l'eau)



Et les repas lyophilisés alors ?

J'en prendrai mais qu'en cas de secours. Ainsi, je les ai choisis sur un site permettant de trouver des aliments végétaliens et sans gluten. J'ai profité pour regarder la teneur en glucides et en protéines. En effet, certains sont peu équilibré pour le voyage que je vais faire et apportent trop de glucides. Ce qui est probablement intéressant si j'avais à grimper en montagne car il fait froid et le corps consomme plus de glucides pour se réchauffer. Mais ce n'est pas mon cas, je ne vais pas encore inventer une nouvelle discipline étrange. Je me contenterai de rouler avec Cyclosmique de manière traditionnelle à basse altitude!



Et pourquoi ne pas s'arrêter dans des bistrots ou restaurants parfois ?


Et pourquoi pas ? L'avenir me dira si j'ai la possibilité de m'arrêter de temps en temps, sur les trajets longs dans des bistrots si j'y trouve des plats adaptés. Nous verrons! Ceci dit, je ne

vais pas faire cela trop souvent. Déjà parce que cela à un coût sur une année et puis, je vais manger normalement quand je serai dans les écolieux. Je n'ai pas donc pas les mêmes contraintes qu'un voyageur à vélo qui ne s'arrête que brièvement dans des lieux pour visiter puis repartir aussitôt. Cela dit, un bon repas chaud et cuisiné sera parfois le bienvenu, notamment s'il fait froid ou si la fatigue se fait clairement sentir.

Et si je sens que j'ai besoin d'une bonne nuit de repos et que la possibilité se présente, pourquoi ne pas profiter ponctuellement de l’accueil d'un gîte qui me permet aussi de dîner au calme et au chaud ? Je vous en dirai plus dès que serai sur les routes !






Comentarios


bottom of page